mercredi 27 septembre 2017

Histoire d'un château





Bonjour.

Je vous présente un blog spécialement dédié au château de Mercy et de sa chapelle.

Semaine après semaine nous allons explorer les différentes époques du domaine qui fut également base de l’OTAN ayant abrité le quartier général de la 1ère Division Aérienne Canadienne de la RCAF de 1953 à 1967.

Je vous ferai visiter le château au travers de photos d’antan et d'aujourd'hui (extérieur comme intérieur) ; nous découvrirons l’architecture du domaine (il suffit de lever la tête pour découvrir un château d’exception).

Véritable pied de nez à l’annexion,il fut construit sur les terres de l’ancien château détruit en 1870. Le nouveau château, lui, fut construit en 1905 par l’architecte Alsacien Mr KLEIN sur la demande de la veuve de Maurice du Coetlosquet, madame Marie Deguerre. Elle commanda un château à l'architecture typiquement française, en pierre de Savonnières, importée du Barrois en Meuse. Il sera agrémenté d'un beau jardin à la française également, avec des fontaines aujourd'hui disparues.

En effet en 1919, juste après la première guerre mondiale, le château est vendu à un suisse Mr Shnerder, éleveur de bovins. Il fit raser le jardin et les fontaines afin d'y mettre les vaches et les taureaux à paître. Ceci jusqu’en 1938, date à laquelle il fit faillite.Le château est alors racheté par les domaines.

Pendant la deuxième guerre mondiale,il est transformé en hôpital militaire.

Après la Libération, l’armée française transforme les lieux en colonie de vacances pour les enfants de militaires.

En 1953 c’est l’armée canadienne de la RCAF au titre de L’ OTAN qui s’installe dans le château de Mercy jusqu'en 1967.

Ensuite l’armée française emboîte le pas, elle occupe le domaine jusqu’en 2000. C’est alors que Metz-Metropole envisage la construction d’ un nouvelle hôpital sur le site.

Depuis cette date le château de Mercy entame sa longue descente aux enfers en raison de dégradations, d’abandon également. Un véritable cauchemar pour la sauvegarde de ce patrimoine local.